Le chemin de traverse

Après le bitume, le chemin de traverse...

06 mars 2005

Travelling avant

Mes avions en papier se sont écrasés sur l'asphalte des jours
Au creux de nos rêves, sur d'autres illusions.
Lorsque l'aurore boréale, face à l'immensité
De nos amours mortes, souriait en silence.

Au fil des nuits et de l'éternité resplendissante,
Les rêveurs ont perdu la bataille.
Car pour s'offrir l'oubli en guise de printemps.
Le macadam usé ne suffit plus vraiment.

Quant à la saison colorée du poète, elle s'achève pourtant
Sur de belles fleurs fanées et une peau sucrée.
Où ruissellent dans les sillons du temps
Quelques larmes secrètes et bien trop amères.

Aimer, revient à mourir un peu
Pour renaître souvent d' une petite mort, douce à en crever.

 

Posté par C____ à 12:13 - Mots - Commentaires [0] - Permalien [#]

Commentaires

Poster un commentaire